Serving my country!

2 août 2008

Je travaille au centre-ville de Montréal, sans interruption, depuis 1980. L’année du premier référendum et quelques mois après les chaudes luttes qui ont mené à la naissance d’une loi drastique mais nécessaire, la loi 101. Lorsque j’ai commencé au centre de contrôle du siège social de mon entreprise, on m’avait avisé de ne jamais écrire au tableau en français, pour une question de sécurité, parce que plusieurs contrôleurs ne comprenaient pas le français. J’étais estomaqué de ce règlement moi-même originaire d’un milieu essentiellement francophone. Il faut dire qu’heureusement en 28 ans les choses ont bien changé chez mon employeur et au Québec. Une certaine paix sociale s’est installée.

Cette semaine, dans le cadre des élections partielles dans Westmount-Ville-Marie, quelle ne fut pas ma surprise d’apercevoir une affiche de Marc Garneau exclusivement en anglais. Je me suis dit que j’avais surement mal lu. On ne voit plus d’affiche uniquement en anglais au Québec depuis 30 ans. Hé non, les réactionnaires sont de retour. Je vous laisse admirer cette affiche éloquante. La paix sociale est franchement bien fragile.

Laurence septembre 22, 2009 à 01:30

Pauvre mec

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: