Des vacances constructives

28 août 2008

Depuis la fin officielle des rénovations de mon havre forestier, l’an dernier, plusieurs travaux de finition extérieur restent à compléter : crépit de béton du solage, épandre le protecteur de cèdre sur la grande mezzanine, rebâtir une cabane en bois rond et autre travaux herculéens. N’écoutant que le petit ange rouge sur mon épaule, j’ai décidé de passer outre cet agenda et de me bâtir un petit refuge pour mes quelques embarcations. Ceux qui me connaissent savent que je voue une affection particulière pour tout ce qui flotte sur un lac ou une rivière.

Au fil des années j’ai accumulé une bonne demi-douzaine de canots de toutes sortes et plusieurs chaloupes que j’utilise que trop rarement pour la pêche. Mais comment entreposer l’hiver ces pièces indispensables à mon équilibre aquatique et psychologique mais qui encombrent mon environnement et celui de l’être aimée ? Pourquoi ne pas construire un abri douillet dans un coin discret qui pourrait accueillir mes petits bijoux. Ma pelle, ma scie et ma pioche m’accompagneront dans cette opération délicate.

Aussitôt dit, aussitôt … mal de dos. Il faut creuser pendant plusieurs jours pour dégager une centaine de brouette de terre. Mais où mettre toute cette terre ? Simple… Bâtissons des caissons pour élargir le terrain… Par la suite dessinons une plateforme qui pourra loger 2 embarcations de long, 2 de large et 2 de haut Ensuite construisons le coffrage en bois et la structure d’acier qui accueillera le béton : 28 pieds de longs, 8 pieds de large et 12 pouces de profond. Pourquoi un plancher aussi épais ? Parce que cette plateforme ne sera jamais recouverte de neige étant situé sous la mezzanine et qu’elle aura à subir des variations de températures extrême avec gels et dégels fréquents…

Amateurs de statistiques, assouvissez vos bas instincts : plateforme de 225 pieds carrés, avec 522 pieds d’armature d’acier (l’acier d’un poids de 250 lbs), 250 joints en broche, 200 pieds cube de béton (5.5 mètres cube) ou l’équivalent de 400 sacs, et étalé sur 2 semaines de travail. Mes petites chéries auront enfin un chez soi confortable.

J’ai hâte de retourner au bureau…

JPDL août 31, 2008 à 14:53

Belle job!

C’Est du solide!

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: