Quand Shell et Air Miles trouvent une nouvelle façon de fouiller dans nos poches

4 mai 2009

Dernièrement, en faisant mon plein d’essence chez Shell Canada, j’ai aperçu un tout petit papier à la caisse. Shell annonce Airmiles 23 mars 2009 Écrit dans une police de caractère digne des contrats d’assurance, Shell nous annonce, sur un ton laconique, que le niveau de points Air Miles offerts lors d’achat chez Shell a été modifié.  Bizarre.  Aucune mention publicitaire, ni sur mon compte de carte de crédit Air Miles, ni sur mon relevé de point Air Miles et non plus sur les nombreux courriels promotionnelles de Shell/Air Miles dans ma débordante poubelle à courriel.

Je m’amuse à calculer le nombre de points offerts et la valeur en $ de ce que Shell m’offre. Ce que très peu de gens ont le courage (et le temps) de faire. Tout d’abord combien vaut un de ces foutus points Air Miles ?  Facile.  On calcule le prix d’un point en examinant combien coûte quelques uns des certificats-cadeaux qu’Air Miles nous offre si gracieusement.

En voici le tableau du coût en points de chaque certificat-cadeau:

valeur-points1

On peut voir qu’un point Air Miles vaut entre 0,11$ (chez Bureau en gros ou chez Itunes) et 0,15$ (chez Metro).

Allons maintenant voir combien Shell m’offre de points pour mon plein.  Prenons l’exemple d’une automobile de grandeur moyenne, avec un réservoir de 60 litres.  Disons un prix de 0,90$ le litre, pour un plein d’une valeur d’un peu plus de 50$.  Examinons maintenant ce que Shell nous offrait en récompense dans les années 90, après les modifications dans les années 2000 et la valeur du rabais offert depuis avril 2009.

Tableau comparatif de l’évolution de la valeur de la récompense offert pour un plein de 50$

valeur-point-airmiles

Étonnant!  Shell a fait diminuer, en catimini depuis 15 ans, le pourcentage de rabais offert,  le faisant passer de 1,4%, à 1,1% à 0,6%.  Donc pour chaque 100$ dépensés chez Shell, nous recevions 1,40$, ensuite 1,10$ et maintenant 0,60$;  soit une première diminution au début des années 2000 de 20% et, en avril 2009, de 50%.

Les propriétaires de station-service tentent de nous convaincre qu’ils n’avaient pas le choix de diminuer le nombre de points offerts parce que ce sont eux qui doivent payer ces points avec leur marge bénéficiaire.  Mais désolé, au bout de la chaîne alimentaire, ce sont les automobilistes qui payent, pas les pétrolières, ni les franchisés.

Dorénavant, je ne ferais plus aucun détour pour me rendre chez Shell.  Et si je me fie à toute la frustration notée sur le web, je ne serai pas tout seul.

SmartCanucks

Red Flag Deals

Note: Amusez-vous à lire le « Fake Blog » (flog) d’Air Miles où des gens (probablement fictifs) écrivent des petits commentaires pour te motiver à te procurer la carte Air Miles et à accumuler des points-récompenses.  Tordant de naïveté, qui reflète un profond manque d’éthique.

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: