Retour à la classe départ

26 septembre 2008

Vous avez bien lu. Je recommence. Mes meilleures années sont de retour. Je suis retourné à l’université. En fait, pas derrière mais devant la classe. J’explique.

À l’automne 2002, un ami et professeur aux HEC, m’invite à prononcer une conférence sur le Web et les stratégies Internet de l’époque, devant ses étudiants de maîtrise en commerce électronique. Un défi parce que je n’avais rien de prêt et ne savais pas comment intéresser 30 étudiants de 2e cycle, pendant 90 minutes, en parlant de mon travail relativement atypique pour l’époque. Je n’avais que mon expérience sur le terrain, mes trucs et beaucoup de théorie apprise au fil de conférences, discussions, forums et rencontres.

J’avais moi-même fréquenté les HEC mais bien avant le grand déménagement sur la « Côte Ste-Catherine ». C’était quand le Café Campus était parti intégrante du HEC, et moi parti intégrante du «Campus», de sa musique d’Offenbach, de Maneige et de Morse Code Transmission. M’enfin…

Avant le cours, Jacques mon copain d’antan, m’invite au restaurant (!) des professeurs où j’aperçois des reliques qui jadis m’ont enseigné. Arrivé devant l’amphithéâtre, j’étais plus impressionné que nerveux. On retrouvait le même style de classe que dans l’ancien pavillon mais en plus les étudiants avaient des ordinateurs, beaucoup d’ordinateurs. En fait on ne leur voit pas beaucoup la figure puisque pendant que tu leur parles ils jouent avec leur laptop. Enfin j’espère que c’est pour consulter les sites que je cite en référence. Je ne peux pas m’imaginer qu’ils lisent leurs courriels pendant que je leur cause…

Après ma première présentation, qui s’est assez bien déroulé, je décide de faire exactement comme mes profs faisaient à mon époque (ce qui me terrifiait) j’ai décidé lors de ma 2e allocution de poser des questions sur ce que je venais de dire. Et ça marche. Il s’agit de poser une question pointue à celui qui n’écoute pas et la terreur s’installe. Aussitôt l’étudiant mis en boîte, les jeunes tout d’un coup arrêtent de pitonner sur leur bébelle et se mettent à boire tes paroles.

Lors de ma 3e visite, pour accroitre encore plus mon taux d’écoute attentive, j’introduis le concept de la carotte. « Si vous écoutez bien le monsieur qui parle en avant, vous allez gagner plein de beaux prix ». À gagner, à l’effigie de mon entreprise : un beau carnet de note en cuir, une montre, un réveil matin et une paire de billets n’importe où dans le sud du Québec et de l’Ontario. Mon indice d’écoute BBM frisait le 100%.

Cette semaine, j’ai prononcé une conférence de 75 minutes sur «La mesure de la performance Web» devant une quarantaine d’étudiants du cours «Technologie et distribution» du bac en gestion à l’Uqam. Une classe bigarrée et attentive qui n’hésitait pas à m’arrêter pour me poser des questions pertinentes. Un groupe intéressé et allumé.

dfd

Étudiants impatients d'entendre le prédicateur

Discussion avec la directrice du programme

Discussion avec la directrice du programme Mme Louillet

J’aime bien parlé devant des groupes. Je l’ai fait longtemps devant nos employés syndiqués pour discuter de notre plan Marketing. J’en suis à ma 7e année devant des étudiants (HEC, UQAM, McGill). Je me suis même permis de prononcer 2 conférences à Infopresse, la Mecque du commerce électronique au Québec. J’ai même trouvé un court extrait de ma dernière présentation en mai 2008 sur youtube (ça part à 3h30, intervention à 4:00 mais surtout de 4:46 à 5:33)

La différence entre mes belles années à l’université et aujourd’hui? Les filles. En fait beaucoup de femmes. En 1976 aux HEC on en avait quelques unes et elles n’étaient pas exactement représentatives de la gente féminine de l’époque. Aujourd’hui c’est au moins 70% des élevés en gestion. Juste retour du pendule ? Peut-être. En tout cas c’est plus agréable pour le professeur.

Martine Lizotte janvier 13, 2009 à 12:03

Super billet qui me confirme que non seulement j’ai l’honneur/bonheur (!) de compter sur un conférencier d’expérience, mais je suis aussi persuadée que votre prestation contribuera autant à mon apprentissage sur le sujet que sur de nouvelles et efficaces techniques d’enseignement.

Au plaisir de vous accueillir en février 2009!

Martine Lizotte
Chargée de cours
Gestion du tourisme et de l’hôtellerie
UQAM
– Atelier sur les intervenants touristiques
– Technologies, distribution et transport
– Développement, gestion et mise en marché de produits touristiques.

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: