Ma psychothérapie gitane

8 octobre 2008

Pour célébrer la cinquantaine de ma partenaire de tandem des 25 dernières années, nous avons décidé de revivre notre enfance. Pas de saut en bungie, de chirurgie plastique ou de drogue biologique. Non nous avons opté pour un voyage en roulotte.

En fait nos 2 familles se ressemblent beaucoup. Comme la majorité des couples des années 50, nos parents ont opté pour la famille nombreuse. Ma belle mère s’est mérité 9 grossesses en 14 ans et ma mère, 8 grossesses en 10 ans. Nos pères étaient adeptes du camping, particulièrement du caravaning. Aussi loin que ma mémoire remonte, je me rappelle de mes vacances à la plage d’Atlantic City, de Virginia Beach, de Myrtle Beach mais aussi d’interminables voyages en 1967 dans l’Ouest canadien et en 1968 dans l’Ouest américain. Une tribu de 9 campeurs (6 enfants, la gardienne et mes parents) parcourant 10,000 km en 30 jours, ponctué de trop rares arrêts. Canalisant mal mon énergie, je trouvais difficile de rester assis pendant 5 heures, entassé entre 2 de mes frères, à jouer à « rouge ou noir ». Mes voyages en roulotte n’ont jamais été admis dans le « Hall of fame » de ma vie.

Dernièrement ma compagne tenta de me persuader du plaisir de faire un court voyage avec notre fille cadette, dans une roulotte à patates frites. Je tentais de l’en dissuader, sans succès. Puis l’ultime demande. « Pour mon 50e anniversaire, j’aimerais rendre visite à notre fille sur son campus aux USA. Nous pourrions en profiter pour observer l’infrastructure mis en place par l’Université pour 15 adultes autistes et le pavillon du programme Teach de l’Université de Caroline du Nord ». Et le coup de grâce « Pourquoi ne pas louer une roulotte ? » Laurence nous suggère même de visiter CampHill Village où l’on intègre dans la vie communautaire une centaine d’handicapés mentaux près d’Albany, NY.

Après tout, ses 50 ans, Gaby à la plage, les fermes pour autistes et Antoine qui nous rejoint en avion pour sa semaine de relâche ; un scénario de rêve. Je me laisse convaincre. Ma sœur nous prête sa roulotte avec 3 lits doubles. J’ai un nouveau camion qui peut tirer cette remorque sans problème. L’horaire est fait, la roulotte est pleine, le prix de l’essence a baissé. Les astres sont alignés…

Tous à bord pour mon voyage thérapeutique manouche.

Lolotte octobre 8, 2008 à 22:31

« Gaby à la plage » version hardcore de « Martine à la plage ». Imagine la mignone Martine frileuse, qui se lance du sable au visage et s’en met plein les cheveux.

J’ai hâte!

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: