Le trou normand

6 août 2007


Vendredi nos amis de Transat nous on fait voyager en classe fœtus pour atterrir vers midi au terminal 3, le terminal des ploucs, à Roissy CDG. Pas moyen de fermer l’œil. Nos bagages on été livrés après une heure d’attente à regarder le carrousel sans chevaux. Vous êtes vous déjà demandé ce que font les propriétaires de ces bagages qui tournent pendant des heures sur le carrousel où vous attendez les vôtres. Ils sont morts pendant le vol ou ont-ils simplement oubliés qu’ils avaient des valises ?

On nous avait avisé que le camping-car devait être récupéré au plus tard à 16h00, et il est situé à au moins 1heure et demi de route de l’aéroport CDG. Après avoir pris livraison du minibus, une rutilante Mercedes 9 places, nous sommes finalement arrivé chez le locateur à 16h00 pour prendre notre palace roulant.

Arrivé au camping près de Versailles vers 18h00, on nous annonce que tout est complet. On bouffe en vitesse et on déniche un autre camping vers 19h00. Après une bonne nuit de sommeil, on s’attaquera aux Jardins et le château de Versailles demain matin, frais et dispos. Ce qui fut fait.

Après avoir traversé ces jardins magnifiques en partant de l’arrière, nous découvrons avec stupeur la file d’attente longue, d’au moins 500 mètres, pour acheter les billets d’entrée. Nous sommes en conciliabule avec nos chandails rouges vifs inscrit Scouts CANADA et Scouts du Québec lorsqu’une dame d’un certain âge s’approche de nous, pour nous dire qu’il y avait plus de 90 minutes d’attente. Merci du renseignement. Elle nous demande si nous sommes des professeurs avec nos étudiants. Après hésitation je lui réponds qu’effectivement j’en suis un et qu’eux, ce sont mes élèves.

Il est évident qu’elle ne me croit pas. Elle me demande mon attestation de professeur ainsi que la liste des jeunes. Je lui réponds que j’ai tout oublié dans la voiture et que nous sommes des québécois (en sous-entendu : un peu épais). D’un coup de baguette magique notre marraine nous fait passer devant les milliers de gens qui attendent, nous fait passer au détecteur de métal et nous conduit aux guichets. Wow les jeunes sont gratuits et nous payons les tarifs réduits des profs…

Manu militari nous parcourons ce château féérique en terminant par la galerie des glaces, fraichement restaurée. On prend notre temps, on savoure ce bijou lentement. On quitte par les jardins de nouveau pour rejoindre nos véhicules, direction Rouen. Il est 14h00.

Rendu à Rouen vers 16h00, on cherche une épicerie. Le dimanche, tout est fermé. Mais nous dénichons un petit étal marocain, où le marchand nous oblige à acheter une chèvre vivante, 2 cochons et un chameau. Mais Gérald négocie serré et finalement achète des pâtés et du fromage en échange de Pierre qui mariera sa fille ainée.

On lunch dans la vieille ville de Rouen, tout en admirant le marché, la cathédrale, la vielle horloge et l’endroit où Jeanne-D’Arc a fait son dernier BBQ.

On part en cavale de nouveau, direction Honfleur, Douville et les plages de la mer du Nord. C’est de là que je vous écris, les jeunes étant partis pour la plage. Non, finalement ils arrivent, ils ont un énorme trou normand dans l’estomac…

Benoit

Catherine août 6, 2007 à 09:49

Bonjour à vous tous

J’espère que vous passé un bon voyage et je suis heureuse de pouvoir vous suivre de la maison, ça m’a fait apprendre que mon copin a été négocié et qu’il va se marier. Hi!Hi!Hi!

Bon voyage et à bientôt

Catherine

Livernoche août 6, 2007 à 16:51

Bonjour à vous deux

J’espère que vous apprécez le voyage. Chloé J’espere que tu n’as pas trop mal.

Danielle

Anonymous août 8, 2007 à 07:24

Salut à tous!
En fait, les valises c’est des comédiens engagés à faire les valises pour faire chier les voyageurs.Héhéhé J’espère que vous avez beaucoup de plaisir!
Mag

Pat août 8, 2007 à 12:38

Je vois que tu escroques mes pauvres concitoyens :-))
Cette histoire m’a bien fait sourire en tout cas.
Continuez comme ca…

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: