L’internet par satellite sur votre île déserte

28 novembre 2009

Comme la grande majorité des canadiens, vous rêvez de vous procurer un pied à terre en bordure d’un lac ou d’un petit havre forestier dans les montagnes, loin des rumeurs de la ville.  Mais vous hésitez devant l’absence de lien internet ou l’indisponibilité de la haute vitesse.  Vous êtes encore plus réfractaire à l’acquisition de ce chalet quand vous apprenez qu’aucun téléphone cellulaire ne fonctionne dans votre coin reculé.  Qu’à cela ne tienne, j’ai une solution pour vous.

Surfer par satellite: promesses non-tenues

Offert depuis quelques années au Québec et dans le reste des coins reculés du Canada (et sans doute de plusieurs autres pays nordiques) la connexion par satellite est selon moi un des grands succès de la révolution internet des dernières années.  J’utilise ce service depuis bientôt 2 ans (mars 2008) et je suis assez satisfait de mon acquisition.  Mais l’expérience ne s’est pas fait sans heurts et sans investissements.connexion Internet

J’ai pour la première fois entendu parler de cette technologie lors d’un salon spécialisé pour les maisons de villégiature Le salon du chalet, se tenant chaque année à Montréal. À première vue, je n’y croyais pas beaucoup.  Une antenne satellite d’un mètre (39 pouces), un modem, un router sans fil et on me garantissait la lune.  On me fredonnait qu’avec un coût de 50$ par mois, j’arriverais à surfer à une vitesse moyenne. On me promettait 512 kbps en aval (download) et 128kps en amont (upload).  En réalité, j’obtenais la vitesse « moyenne » d’une tortue, soit au peu près la vitesse d’un accès commutée (dialup) autour de 50 kbps en aval.  Impossible d’obtenir une conversation par téléphone IP ou de visionner une vidéo en ligne.

Pour obtenir une vitesse acceptable, j’ai essayé le forfait à 60$, à 1 Mbps en amont / 128 kbps en aval, qui en réalité produisait l’équivalent d’une connexion ISDN (128 Kbps).  Pour obtenir un peu de performance, j’ai dû me rabattre sur le forfait à 80$ par mois (1,2 Mbps/200 kbps).  Pour diminuer ma frustration et augmenter ma performance, on m’a déménagé d’un réseau KA à un réseau KU;  Pour y arriver, on m’a envoyé le dépositaire dévoué d’Xplornet, Normand Albert,  dans mon bout du monde à au moins 2 reprises.

En passant ce matin, le ciel est clair et il vente un peu.  Ma performance est autour de 592 kbps/74 kbps, soit moins de la moitié de la vitesse promise.

Calgary, USA

HughesNet coupoleCe service satellite est offert par HughesNet, une compagnie américaine, et distribué au Canada par Xplornet, une compagnie basée à Calgary.  Deux autres compagnies offrent aussi le service HughesNet au Canada i.e. C-Comsat et Galaxy Broadband.  Malgré l’éloignement de 3 000 km, j’ai toujours eu un excellent service à la clientèle téléphonique avec Xplornet, en « fran-glais » au Nouveau-Brunswick.

Le fait que le service soit offert par une compagnie américaine apporte certains désagréments et d’autres avantages.  Si vous essayez d’accéder à un sites web réservé exclusivement aux canadiens alors votre adresse IP américain vous en empêchera.  Mais vous pourrez accéder à d’autres services réservés aux USA, comme le site de vidéo de qualité HULU, une petite merveille de conception.

Les coûts à considérer: l’équipement et frais de satellite

hughesNet poteauPour ce qui est de l’équipement de base, même avec les rabais offert à l’installation (variant de 200$ à 300$), vous ne vous en tirerez pas en bas de 1000$ de coût d’installation.  Pour ma part, après deux hivers où j’ai eu à monter sur le toit pour déneiger ma coupole à chaque tempête, j’ai finalement déménagé la « bête » sur un poteau de 2 m (7 pieds) à l’arrière du chalet (coût 225$). De plus cette antenne puissante générait beaucoup d’interférences avec la radio FM et mon antenne télé. Assurez vous d’installer votre coupole à l’abri des grands vent pour éviter qu’elle ne se désaligne (ce qui s’est produit chez moi).  Chaque année on vous soutirera un montant supplémentaire de 75$, supposément pour payer les frais de connexion avec le satellite…

Téléchargements très limités

Pour limiter l’usage de la bande passante, cet abonnement à 80$ par mois vous limitera à un seuil de téléchargement de  300Mo de bande passante par jour .  Si vous abusez du téléchargement de musique, de visionnement de vidéo ou même d’écoute de radio Internet, vous aurez à subir les foudres d’Xplornet et serez condamné à surfer à la vitesse « escargot » d’une connexion commutée (dialup).  Cette punition durera 24 heures, ce qui est une éternité quand vous utilisez votre ligne internet deux jours par semaine.  Mais heureusement j’ai eu droit à cette torture que 2 fois en près 2 ans, pendant le temps des fêtes, où les 6 membres de ma famille surfaient à qui mieux-mieux, sans aucune limite…

Téléphonie par IP

Qu’en est-il de Skype et de la téléphonie par IP.  Mon forfait à 80$ fonctionne très bien si aucune autre application ne roule en arrière plan.  Je dois fermer tous les logiciels de courrier, fureteur et autres bidules énergivores.  Pour le téléphone vidéo, c’est saccadé mais passable.  Je me suis aussi équipé d’un numéro de téléphone entrant gratuit grâce au site  Ring2Skype qui offre des numéros locaux entrant à partir de Montréal, mais aussi de dizaines de villes à travers le monde . Pour des appels sortants, nous payons un prix de 0,05$ la minute pour un appel vers un téléphone traditionnel et gratuit vers un autre utilisateur Skype.

Virtual Private Network

Pour mon travail je dois me connecter par VPN (Virtual Private Network) afin d’accéder aux serveurs sécurisés de mon entreprise.  Du fait que mon réseau VPN ne permet pas une grande latence (un temps d’attente trop long entre ma coupole et le satellite) je n’arrive pas à me connecter au réseau de mon entreprise.  Des copains qui utilisent aussi ce type de réseaux sécurisés y sont arrivés avec leurs réseaux moins restrictifs. En augmentant la vitesse de ma connexion dans le futur, j’y arriverai sans doute.

Et ensuite ?

Si un jour je décide d’établir mes quartiers permanents sur mon île déserte, je changerai probablement de forfait pour accéder à une plus grande vitesse et plus de bande passante pour améliorer la communication avec l’extérieur.  Ce type de lien Internet est assez coûteux mais se justifie pleinement si vous décidez de vivre dans un environnement de rêve.

Garamond novembre 29, 2009 à 07:45

Très intéressante chronique ! Mais je pensais que vous habitiez Repentigny ! Vous parlez sans doute de votre chalet «résidence secondaire» quelque part dans l’Ungava ?
Peut-on espérer que les prix vont baisser d’ici peu ?

Benoit Laporte décembre 5, 2009 à 10:04

Oui effectivement je réside la semaine à Repentigny. Mais pendant la fin de semaine ou les vacances, je me réfugie à mon havre forestier, au fin fond de la ZEC Lavigne, à 25 minutes au nord de St-Côme. Cette maison est entourée de montagnes, empêchant toute connexion avec l’extérieur (cellulaire, tv ou Internet). Je dois alors me rabattre sur des liens satellitaires comme Starchoice pour la télé et Xplornet pour l’Internet ou le téléphone VOIP. Heureusement, au début des années 70, Hydro-Québec a installé l’électricité pour rejoindre ce bout du monde. Autrement nous aurions dû nous rabattre sur l’énergie solaire comme beaucoup de maisons isolées.

Pour l’Ungava, c’est mon terrain de jeu pour les descentes de rivière. D’ailleurs nous en planifions une autre dans quelques années…. Pour ce qui est des prix des connexions satellitaires, à mesure que la compétition (américaine) pénètre le marché canadien, les prix baissent lentement et la vitesse augmente pour le même prix. Mais rappelez vous que ce produit est destiné à une clientèle assez réduite comme les pourvoiries, les villages isolés (comme ceux de l’Ungava) ou encore les ermites comme moi 😉

Jean-Marc janvier 2, 2010 à 16:19

Bonjour Benoit !

J’ai aussi une residence secondaire au bord d’un lac en Mauricie. J’aimerais comme toi travailler d’avantage a partir de cet endroit paradisiaque. Nous avons le telephone ( pas de cablo), mais a 40 Kbps, on ne peut travailler a cette vitesse. Je prévoyais m’abonner a Xplorenet autant a la maison qu’au chalet. J’aurais une seule facture (meme modem ISP que je transporterais d’un endroit a l’autre.) Avec VoIP et internet, je crois pouvoir economiser 500$ par année.

Cependant, tes commentaires me refoidissent un peu. Je me pose certaines questions. D’ou provient les couts initiaux de 1000$ ? Reussis-tu parfois a atteindre 1.2 Mbps ? Est-ce que Vonage VoIP fonctionnerais ?

Merci pour tes commentaires,

Jean-Marc

Benoit Laporte janvier 16, 2010 à 00:29

@Jean Marc

Désolé du retard à répondre, j’ai eu quelques problèmes avec l’hébergement de mon blogue. Tout est maintenant entré dans l’ordre.

Il est minuit trente en ce beau vendredi soir et j’arrive à atteindre 1.0 Mbs, ce qui est exceptionnel. Vers 22h00, j’étais à peine à 600kbps.

Les coûts initiaux de 1 000$ consiste en les frais d’installation, l’équipement (fils, antenne, pied, modem…). Le technicien a passé au moins 5 heures chez moi, sur le toit, en plein hiver. Pour le poteau, comme mentionné plus haut, on parle de 250$ de plus.

Je n’ai pas encore essayé Vonage VoIP, par contre j’utilise depuis quelques semaines Google Talk qui fonctionne beaucoup mieux que Skype. Le son est clair des 2 côtés, sans avoir à fermer mes applications (Gmail, Igoogle, ou autres). J’attends l’arrivée de Google Voice au Canada qui offrira un numéro de téléphone local sans frais. Pour le moment ce service n’est disponible qu’aux USA et UK.

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: