Terre-plein de la bêtise

8 novembre 2008

Vous roulez tranquillement sur une route de campagne. Vous traversez des villages pittoresques. Vos êtres chers naviguent avec vous et exceptionnellement vous respectez les limites de vitesse. Vous trouvez même amusante cette vieille barque qui s’éternise devant vous, conduite par un chapeau. Pas de conducteur en vue, seulement un chapeau de feutre brun.

Pour ralentir les « étranges » pressés, ces petits maires de villages font preuve d’acrobaties et d’ingéniosité pour contenter leurs contribuables: dos d’âne, ventres de bœuf, immense affiche électronique avec radar vous rappelant votre vitesse et même voiture de police inoccupée stationnée pendant des heures à l’entrée du village. Mais la municipalité de Sainte-Marcelline de Kildare, qui étrangement s’appelait Ste-Marcelline de Radstock il y a quelques années, se mérite la palme de la plus mauvaise cochonnerie pour ralentir la circulation. Tout juste après une courbe à 90km, bien avant l’entrée du village, l’érection d’un terre plein mal éclairé de 10 pieds de large, qui vous oblige à bifurquer de façon dangereuse à la dernière minute. Voyez le synopsis complet.

L’hiver dernier mon fils revient de ski avec sa copine et un ami. À la brunante, fatigué et distrait, il ne remarque pas cet improbable terre-plein de ciment à l’entrée du village et il le chevauche. Aucun dommage à la voiture. Le poteau de la balise de signalisation est à peine plié. Il ne peut dégager sa voiture qui est soulevé par la neige. Pendant qu’il appelle le CAA pour obtenir de l’aide, un représentant de la force constabulaire se présente sur les lieux. Ce dernier, après une dure journée à lutter contre les bandes criminalisées du village, recherche un autre truand à coffrer. Après avoir douté des facultés de mon fils, il se met à douter de ses talents de conducteur. Je vous épargne les insipidités d’usage que nous avons tous eu à subir, à un moment donné de notre vie, de la part d’un blasé représentant de l’ordre. Les jeunes réussissent finalement à dégager leur voiture, sans l’aide du policier, et mon fils quitte sans autre cérémonie.

La suite, 6 mois plus tard : il reçoit une facture de la voirie du village, de plus de 200$, pour le remplacement du poteau. Probablement qu’avec la hausse du prix de l’acier, ces poteaux sont maintenant hors de prix, et impossible à déplier. Il paye sans broncher puisqu’il reconnaît qu’il est responsable du dommage causé à cet innocent poteau.

10 mois plus tard, cette semaine : Surprise. Une autre lettre enregistrée. Une contravention de $250 pour avoir « probablement » traversé une ligne double. C’est le libellé exact du billet. Comment peut-on recevoir une contravention 10 mois après un événement quand le policier ne nous en a jamais remis pendant l’événement? Comment peut-il avoir traversé une ligne double en glissant sur un terre-plein tout neuf et sans éclairage, installé en plein milieu d’une route de campagne. Est-ce que l’automobiliste qui quitte la route pour s’échouer dans un fossé reçoit une contravention pour avoir traversé une ligne continue ? J’imagine le même policier en train d’invectiver le conducteur mal en point au lieu de lui porter secours. Où est-il le policier qui a le devoir de nous protéger et de servir ?

MOI janvier 31, 2009 à 14:15

Je suis résidant de ce village .
1- La facture de 200$ vient du ministère des transports var la route est numéroté et n’appartient pas a la municipalité.

2-Cette municipalité a demandé au ministère
de mettre ce terre plein car les gens entraient dans le village a plus de 100km et plusieurs acciedents dont un camion plein de billots s’est renversé sur le balcon d’une maison.Une chance qu’il n’y avait personnes sur le trottoir.

3-Si ton gars a été faire du ski a St-Come il avait passé par la le matin.

4-Pour te dire que les gens roulent très vite, va voir juste après la limite de 50 km a la sortie du village direction sud, entre le 10rang et 9 rang et bien juste entre ces deux rang au cours des dernières années il y a eu 3 morts .
Pourtant les gens sortent de la zone de 50km et ce tuent sur un chemin droit entre 100 et 500pied de la fin de la zone de 50km????.Bizarre
Et si tu en voir plus remonte la 343 direction nord a partir de Joliette vers l’heure du souper et bien tu vas voir les cowboys de la ville qui s’en retournent après une fin de semaine dans le nord.
C’EST ÉPEURANT DE VOIR LES GENS ROULÉ A PLUS DE 120-130KM DANS DES ZONE DE 50-70-90KM.
Ça fait que peut-être que ton gars roulait trop vite .

Bye bye

Anne janvier 31, 2009 à 21:47

oui, je pense qu’il roulait trop vite. Quand tu prends le champ à 50 km et que la limite est de 50, c’est que tu roules trop vite pour les conditions ce jour-là. Je ne veux pas insinuer que tel était le cas, mais ça arrive souvent avec de jeunes conducteurs, qui respectent les limites, mais manquent d’expérience.

Benoit février 1, 2009 à 08:57

Le propos de ma chronique n’était pas de discuter de la vitesse (la grande majorité des automobiliste ne respectent pas les limtes de vitesse) mais de la construction de ce terre-plein dangereux. Il y a des milliers de petits villages au Québec situés sur des routes principales et si on se mettait à construire partout ce type de « piège à con », il y aurait des centaines de mort.

À Repentigny, la ville a installé de gigantesques pots de fleur en béton sur la rue Notre-Dame pour ralentir la circulation, en face du parc de l’île Lebel. Et bien quelques mois plus tard, 2 personnes agées roulant respectant la limite de vitesse l’on frappé de plein fouet et sont décédés.

En Europe, les carrefours giratoires sont présents à l’entrée de chaque village pour ralentir la circulation. Ici on commence frileusement à les installer. C’est LA solution.

Si vous croisez le maire de votre village, demandez lui de placer au moins un feu clignotant jaune devant son monument. Ça évitera probablement à d’autres de l’enfourcher.

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: