Si on se préoccupait de l’achèvement des choses, nous n’entreprendrions jamais rien…

15 août 2007


Cette phrase en titre a été prononcée par le roi François 1er pour justifier la construction vers la fin du 15e siècle de ce château digne d’un mégalomane, le château de Chambord. Tout d’abord un pavillon de chasse gigantesque, il a été complété au fil des 5 siècles suivants par de nombreux rois et empereurs.

Après d’âpres discussions il a été décidé de visiter Chambord au lieu de Chenonceaux, Vaux-le-Vicomte ou d’autres châteaux renommés. Alors allons-y. L’escalier double, inspiré des dessins de Léonard de Vinci, est un chef d’œuvre d’ingéniosité. La pierre blanche, et les nombreuses sculptures aux plafonds, rendent ces lieux magiques. On ne sait plus où donner de l’œil. Nous n’avons pas le choix de prendre des centaines de photos.

Hier nous avons eu une journée forte en rebondissement. Couché à 40 km de Chartres dans un camping médiocre, le camper s’est embourbé, au petit matin, dans la glaise. Un bon samaritain, un peu lent, nous a sorti de ce pétrin mais de précieuses minutes ont été perdues pour la visite de la splendide cathédrale de Chartes. Qu’à cela ne tienne. Le temps de grimper le clocher, de visiter la nef, le chœur et de s’imprégner de ce temple grandiose, nous repartons pour laisser nos véhicules près de Versailles, pour le camper, et à l’aéroport Charles de Gaule, pour le minibus.

Les bagages transportés dans le RER (train de banlieue) et le métro pèsent sur nos fragiles dos scouts. En plus nous devons nous farcir les marches qui ne finissent plus de la plus profonde station de métro de Paris, le métro des Abesses, à Montmartre.

Bien que le voyage se soit passé sans anicroche jusqu’à date, il nous fallait un petit peu de défi afin de rendre ce camp inoubliable. Le défi : le local où nous devions demeurer pour 4 nuits est en complète rénovation et ils nous est impossible de l’habiter. Le curé de St-Jean de Montmartre nous recommande une autre paroisse à une dizaine de rue de là qui accepte de nous accueillir pour la nuit. L’école où nous avons dormi est propre et équipée de toutes les facilités (toilettes, lavabos et cuisine) mais aucune douche. Alors on sort les « wet ones » et on étend la crasse. On couvre ça de déodorant et le tour est joué. C’est la méthode scoute.

Hier soir, un peu de luxe. Nous avons mangé comme des rois dans une pizzeria. Nous avons arpenté le quartier de Montmartre avec ses cafés, ses caricaturistes et ses boutiques souvenirs. Nous nous sommes aussi recueillis au Sacré-Cœur et vus les incontournables du coin comme le Moulin Rouge, Pigalle la nuit, le café du chat noir et le Moulin Galette. Assez pour remplir la carte mémoire de son appareil photo.

En ce moment je vous écris d’un banc en face du musée du Louvres. Les jeunes s’y sont engouffrés ce matin et nous planifions y rester jusqu’à sa fermeture à 17h30. Je leur ai recommandé de se concentrer sur quelques salles qui les intéressent plutôt de perdre son temps à tout voir. Le Louvres on peut facilement y passer une semaine pour tout voir.

Alors ils s’amusent fermes et en ont plein les yeux. Le confort est sommaire et la bouffe un peu répétitive mais ils n’en mourront pas. Ça ne va que les rendre plus conscient, au retour, de la chance qu’ils ont…

Benoit

Carole-Ann août 15, 2007 à 19:17

Salut !!!
Merci Cyn et merci Simon pour la belle carte postale ^^ J’vous adore j’ai hate a votre retour!!
Caroxoxoxo

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: