Ad augusta per angusta

26 juillet 2005

26 juillet 2005
Ad augusta per angusta

Benoît : Pendant mes premières années de latin au Séminaire de Joliette, un de mes professeurs appréciait peu mon excès d’énergie et me faisait souvent copier les pages roses du dictionnaire qui contiennent les fameuses maximes latines. Après de nombreuses lectures et retranscriptions, la maxime « Ad augusta per angusta » m’intrigua. Si je me rappelle bien elle voulait dire « Pour le bonheur, par les voies difficiles ». Elle avait sûrement une origine chrétienne où on louangeait le sacrifice et le don de soi pour atteindre le paradis. Mais outre cette explication religieuse, je pense que nous atteignons une certaine plénitude dans la douleur. Pas que j’ai des tendances au masochisme, bien que plusieurs le pensent, mais quand je fais 7 heures de pagaie, 43 km de rapides, à 9 degrés Celsius, habillé comme un astronaute, les douleurs au dos et mes mains endolories me remplissent de joie. Nous sommes ce soir à « Pyramid Hill », une série de montagnes de plus de 1 300 pieds, qui longent la rivière comme des guets. Un paysage unique qui vaut chaque sou et coup de pagaie investis dans cette aventure. Demain… Devinez ? Nous montons le Pic Pyramide…

Pierre-Marc à l'oeuvre

Pierre-Marc : Cinq hommes, douze jours. Une brochette d’âge allant de 21 à 53 ans. Au départ, je me demandais ce que ça donnerait au bout de 21 jours, mais après seulement 12 jours, je crois déjà en avoir un bon aperçu. Peut-être pourrai-je décrire cette dynamique spéciale qui s’est créée dans notre petite communauté. Nous sommes un groupe d’individus qu’on pourrait qualifier ordinairement de « normaux ». Chacun de son côté a une vie bien remplie et, dans certain cas, enfin sauf pour moi, une vie qui fonctionne à un rythme infernal. Mais tout change dans le bois. À plusieurs centaines de kilomètres de quelque village que ce soit, je serais tenté de citer mon bon ami Benoît : « Dans le bois, rien n’est péché ». Je vous prie de prendre cette citation dans le bon sens. Ces gens fort respectables, que j’ai eu la joie de côtoyer à plusieurs reprises avant cette expédition, reviennent à leur nature profonde : ils redeviennent ce que je pourrais appeler des adolescents. Je vais vous éviter les détails par souci de conserver à cette chronique sa respectabilité. Loin de moi l’idée de me plaindre, en fait je me trouve privilégié d’assister à ce relâchement qui semble leur faire tant de bien, et je dois avouer que je me fais beaucoup de plaisir.

Farce à part, vivre dans une proximité constante avec ces quatre individus est une aventure en soi dans notre aventure. Si vous pouvez vous imaginer vivre 12 jours (et il en reste 10), avec quatre autres personnes, 24 heures sur 24, sans jamais vous éloigner de plus de 500 mètres du groupe, vous comprenez un tiers de notre aventure. Maintenant, ajoutez une extrême interdépendance les uns envers les autres, dans les rapides difficiles, dans les grands moments de fatigue, au moment de préparer les repas, en assignant à chacun des responsabilités en rotation. Souvent nous sommes fatigués après des journées épuisantes à combattre le vent, la pluie, le froid ou encore simplement les insectes. Il est alors primordial que chacun fasse sa part pour ne pas nous battre entre nous. Si vous pouvez imaginer un tel niveau d’interdépendance en plus d’une extrême proximité, alors vous saisissez les deux tiers de notre aventure. Le dernier tiers est à mon avis le plus difficile : il faut perdre notre intimité. La pudeur, que nous conservons dans notre vie sociale, la p’tite gêne disons, disparaît dès les premiers jours, qu’on le veuille ou non. Que ce soit pour nous changer le soir ou pour revêtir nos habits de canot, pour libérer des odeurs de toutes sortes, pour se laver ou simplement pour soulager nos besoins naturels, le groupe n’est jamais loin. Ajoutez donc ce dernier tiers aux autres et surtout n’oubliez pas les 21 jours, vous aurez alors une idée à peu près précise de notre aventure. Mais, malheureusement pour vous, pour comprendre exactement cette aventure, il faut y être.

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: