L’union fait la force

17 juillet 2005

17 juillet 2005
L’union fait la force

Pierre-Marc : Après la journée du 16 juillet où nous avons réussi à parcourir une distance aussi surprenante qu’incroyable de 27 kilomètres au lieu des 18 prévus, nous avons commencé notre journée de dimanche avec des idées plein la tête pour améliorer notre système de voiles plus que rudimentaires formées de pagaies et de petites toiles. Après un déjeuner exquis composé exclusivement de gruau (mmmm du gruau !), nous nous sommes mis à construire un trimaran avec nos trois canots, solidement attachés les uns aux autres avec des perches. Nous avons installé notre nouvelle voile constituée cette fois de deux très longues perches et d’une immense toile que Raymond a sortie d’on ne sait où. Nous sommes demeurés très confiants à l’égard de notre système malgré le vent qui soufflait sur notre flanc, soit du côté nord-ouest. Après une heure de dérive mouvementée, de tentative aussi héroïque que vaine pour faire fonctionner notre voile, histoire de se la couler douce comme la veille, nos cinq pagayeurs se sont donc résignés à faire ce pourquoi ils avaient parcouru plus de 1 500 km, pagayer.

Personnellement, je suis de ceux qui préfèrent le vent à la pluie. Malgré une journée éreintante à combattre les rafales, les vagues et la dérive incontrôlable de notre embarcation, c’est toujours mieux qu’une %#* journée de pluie. Nous avons passé ainsi toute la journée à pagayer à quatre avec Étienne à la barre de notre fierté, aussi frêle soit-elle. Au bout de plusieurs heures de canot et de 12,5 km, nous nous sommes installés sur une langue de sable qui s’avance dans l’immense lac de la Hutte sauvage. Est-ce que nos héros étaient arrivés au bout de leurs peines ? Non… encore des traces d’ours, mais cette fois d’un petit de l’année. Il s’agira de bien faire attention pour l’entreposage de la nourriture et de bien brûler les déchets. Pendant que j’écris ces lignes, Étienne arrive justement avec deux superbes truites grises qu’il vient tout juste de pêcher et qui pourront agrémenter le riz de ce soir. Malgré la grande difficulté que représentait la traversée du lac avec un vent de face, nous avons mis à contribution la célèbre maxime : l’union fait la force.

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: