Dépendance au CyberCarnet

1 février 2009

Aujourd’hui est un grand jour.  Je sors du garde-robe.  Comme beaucoup de dépendants affectifs du web, je l’avoue, je suis un « blog junky ».  Et je m’assume.  Plusieurs passent leurs soirées sur Facebook, ou à tuer des allemands en réseau, ou à chatter avec des « étranges ».  Moi, je suis accrocs au « WeB-log ».  Sans doute ma personnalité « Janette Bertrand » qui sommeille dans mon subconscient.

Un blogue me rappelle un peu les lignes ouvertes à la radio. On trouve ce type d’émission totalement éculé mais on y prête quand même l’oreille.  Ces tribunes collectives vous donnent le pouls du « Populus Barbarum » aussitôt que se produit un événement ou circule une nouvelle.  Comme beaucoup de ces « radios poubelles », ce qui circule sur la blogosphère est souvent de piètre qualité, marginal et du « bitchage » souvent gratuit.

Genèse des blogues

Un blogue est, par définition, un texte publié chronologiquement, mais inversé, qui offre aux internautes la possibilité d’y faire des commentaires et de générer un débat.  Grâce à l’apparition de «systèmes de gestion de contenu» faciles à utiliser, des milliers de blogues ont fait leur apparition sur le web. Un des premiers blogues en français a été mis en ligne dès les premiers jours du Web, en 1995, et s’intitulait  « Montréal, soleil et pluie ». Ce blog préhistorique est d’ailleurs encore en ligne.

Selon Wikipedia, le premier blogue d’un journaliste aurait été écrit par un franco-ontarien, Jonathan Dubé, qui a décrit la progression de l’ouragan Bonnie, en 1998, pour le New-York Times.

Évolution du blogue en 12 temps

Sans pour autant vouloir tout couvrir, j’ai voulu vous donner un aperçu d’une douzaine de types de blogues que je croise chaque jour. Embarquez, on n’ira pas vite.

Blogues de journalistes

Ces blogues ont évolués suite à l’apparition des premiers webzines (journaux et magazines web) qui permettaient aux journalistes de débattre en ligne.  En fait des éditoriaux avec la possibilité de réagir immédiatement.  Le courrier des lecteurs en « temps réel ».

Blogues d’affaires

Avec l’apparition des Adwords et autres « Pay Per Click », sont nés les blogues d’affaires. On écrit sur la confrérie et les grands courants d’affaires.  Comme une carte de visite élaborée, tu en profite pour faire la promotion de ton expertise en ligne. Si en plus tu génère une masse critique, tu pourras y inclure de la publicité contextuelle qui te rapportera des sous. Y faut bien payer le loyer.

Je suis abonné à plusieurs de ces blogues qui sont souvent générés par une famille de rédacteurs payés à la pièce.  Trop de ces blogues vous bombardent avec plusieurs « post » chaque jour.  Comme des publisacs, ont les mets dans le bac de recyclages par manque de temps.  J’en ai présentement 403 non lus.  Voici quelques spécimens qui remplissent mon agrégateur de fil RSS: Read Write Web et Makeuseof . Des contenus intéressants mais la fréquence de livraison est trop intense…

Blogues d’opinion

Un grand pourcentage des blogues aujourd’hui.  Des opinions sur tout et sur rien. Des commentaires de qualité et d’autres insipides.  Dans le top 25 des plus grands blogs, la majorité sont des blogues d’opinion.  Des éditorialistes en devenir.

Blogues photos

Tu poste tes photos sur Flickr, et ta communauté passe des commentaires et en discute.  Cette approche est maintenant intégrée à même les réseaux sociaux comme Facebook. Si tu veux que ton album de photos de famille soit vu par le monde entier…

Blogues Vidéo (vlog)

Même approche que le précédent mais avec des vidéos.  Si tu montre tes propres vidéos en ligne, attends toi que ta vie ne t’appartienne plus.  Sinon tu partageras les vidéos des autres, qui sont souvent aussi spectaculaires que faux.

Blogues d’humeur, blogues perso, blogues intime

Surnommé « journal extime » par Michel Tournier parce que vous partagez vos émotions avec les autres. Généralement pauvre en contenu. Une façon de se psychanalyser sans avoir à payer quelqu’un pour nous écouter.  On se lamente sur tout et sur rien. À consommer avec parcimonie pour ne pas vous mettre à déprimer vous-mêmes.

Blogues de drunkies

C’est du matériel pour voyeur.  On raconte sa dernière brosse avec tous les détails juteux.  On patauge dans leur vie comme une grenouille dans la vase.  Déprimant.  Mais intéressant à consulter si vous aimez analyser les phénomènes de société. Un peu comme si on fouillait dans les poubelles du voisin.

Blogues de « ti-Jos connaissant »

On trouve beaucoup de ce type de  blogues sur le sport, sur les maniaques de transport (avion, train, auto…) ou les geeks d’informatique. Attention, on a tous un « ti-Jos » qui dort en nous.

Blogues de matante

On y discute recette, tricot, tache sur le tablier, bébé ou infection à levure. Des forums recyclés avec un webmestre qui part le débat par un court article.  Très pointu.  Pas d’intérêt si vous n’entrez pas dans leur « segment de marché ».

Blogues de recycleurs

On copie à qui mieux mieux les nouvelles des sites spécialisés, les blogues des autres ou les opinions glanées sur le web.  Généralement vous y voyez des tonnes de publicités contextuelles (Adsense) ou d’affiliation (Amazon). Comme le grand philosophe Frank Zappa nous disait : We are only in it for money.

Blogues satiriques

Beaucoup d’humoristes nourrissent leurs blogs de critiques sarcastiques et méchantes.  Sans aucune retenu, ils tirent sur tout ce qui bouge sans beaucoup de discernement. André Arthur, mais en plus drôle.

Blogues d’entreprises

Une mode où l’on tente de vendre ses produits en utilisant un faux dialogue « entreprise-client ».  Beaucoup de compagnies s’y sont brûlées les ailes. Assez dangereux si votre marque de commerce est faible ou mal perçu par le public.

Bref

Je n’ai pas voulu donné trop d’exemples de blogs québécois pour ne pas trop enflammer le débat.  Si vous voulez en connaître plus sur les blogs francophones (majoritairement de France) les plus populaires consultez Wikio qui vous donne la liste en temps réel des 300 blogs les plus populaires, par genre.  Amusez vous et faite attention à l’intoxication latente.

Lâchez l’internet et multipliez-vous!  Si vous n’êtes plus capable de vous reproduire, comme tous les membres de la Baby Boomerie, alors faites semblant…

Garamond février 2, 2009 à 09:38

Très bon résumé du phénomène.
J’avoue être un grand consommateur de blogues mais je lis très vite et je n’interviens pas souvent.
J’en ai une trentaine dans mes favoris et je passe une heure chaque matin à en faire le tour. (je suis retraité)…
Je ne suis pas sur Facebook ni aucun autre réseau social… Je laisse ça aux jeunes.
Est-ce grave, Docteur ?

Monique février 2, 2009 à 16:24

Pour ma part j’aime bien regarder la liste des 100 meilleurs blogs de Technorati qui sont à peu près tous en anglais. http://technorati.com/pop/blogs/

Pierre-Luc mars 28, 2009 à 17:49

J’avoue que j’ai du en effaçer de mon Google Reader parce que ça me prennait trop de temps…!

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: