Anzère et contre tous

2 février 2007

Départ de Dorval avec 30 minutes de retard pour déglacer les ailes. Selon l’itinéraire nous avons une correspondance serrée à Francfort pour Milan d’à peine une heure en plus de changer de terminal… Arrivée à Francfort avec 30 minutes de retard, nous avons traversé l’aéroport à la course pour rejoindre notre vol 8 minutes avant le départ. Les gens de Lufthansa nous attendaient avec le sourire, un petit baume sur ce « Rat Race ».Nous voilà à Milan derrière le volant d’une rutilante Passat noire. Il est 11h00 ici mais 5h00 du matin dans mon vieux corps. Que le diable l’emporte, nous nous arrêtons sur le bord du Lac Majeur pour se taper une vraie pizza italienne avec un vin de Toscane.

On traverse les Alpes vers la Suisse, au col de Simplon et l’aigle de Napoléon au sommet de ce col nous rappelle qu’il est passé par ici avec ses troupes au début du 19e, mais à pied.

Vous cherchez un petit chalet isolé en montagne. J’ai trouvé ce qu’il vous faut en Suisse.

Redescendu de l’autre côté des Alpes, les paysages sont grandioses. La neige manque. Les vignes sont visibles sur les pentes malgré ce 1er février. En 2 temps, 3 mouvements nous sommes à Anzère, au pied du Wildhorn (2,400 mètres). Là nous attendent des amis de longue date qu’Anne a connu pendant les vacances d’hiver dans les années 70. Catherine et Luc nous reçoivent à bras ouvert, avec une fondue au fromage arrosée d’un « fendant » local, le vin blanc typique du Valais.

Petit village de 450 personnes, celui-ci triple en haute saison. L’architecture des maisons y est hyper-règlementée pour éviter l’anarchie. En 1992, lors de ma dernière visite, le village me semblait plus petit. Aujourd’hui un boom immobilier a fait poussé des chalets (suisses bien sûr) partout dans la montagne. Toutes les constructions sont très typiques mais semblables. Les russes arrivés en masse construisent des chalets de plus de 4 millions de dollars. Le prix moyen d’un chalet de 2,000 pieds carrés ici coûte $1.5 millions.

Nous avons grimpé la montagne à partir d’Anzère où nous avons festoyé au sommet avec des amis. Tout le groupe est redescendu en ski en fin de soirée (1,000 mètres de dénivellé) sauf les Québécois qui ne connaissaient pas bien la piste. Il faut dire que ces pistes ne sont pas éclairées et que cette soirée est planifiée exclusivement en fonction de la pleine lune.
Même la nuit, la vallée est de toute beauté
La fête s’est terminée sur la grande place du village en sirotant un vin chaud sucré. Notre appartement est situé en face de cette grande place et la vue y est imprenable.
Ça brasse fort sur la grande place, collé, collé.

 

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: