Le septième ciel à Sept-Îles !

13 juillet 2005

13 juillet 2005 – 22 h
Le septième ciel à Sept-Îles !

Benoit, Raymond et notre inspiration Gabrielle
Benoît, Raymond et notre inspiration Gabrielle

Benoît : Douze longues heures de route sous une température accablante nous ont fait désirer notre arrivée à Sept-Îles. Ville accueillante où les gens nous sourient pour tout et pour rien. Au poste d’essence, à l’épicerie, au restaurant, même les policiers nous ont souri. Est-ce l’air salin du golfe ou la joie de vivre de ces nords-côtiers qui les rendent si plaisant ? À leur rencontre on se sent déjà en vacances. Le père d’un ami originaire d’ici, Louis Pelletier, nous a prêté son humble chalet situé à 20 minutes au nord de Sept-Îles. Calme, propre et en pleine nature. Quoi demander de mieux… Raymond voulait absooooolument que nous allions casser la croûte CHEZ OMER, le restaurant prisé de fruits de mer de la place. Un horaire chargé d’emplettes de dernière minute et de transbordement de bagages au train de la Québec North Shore & Labrador Railway nous a éloignés de notre objectif. Ce ne sera que partie remise. Après tout, Sept-Îles c’est tout près… du paradis.

Le septième ciel à Sept-Îles !

Raymond : De son côté, Benoît tenait à faire un arrêt dans un grand magasin, celui où la madame est contente. Il a trouvé ce qu’il cherchait; lui aussi était content. Comme mentionné ci-dessus, notre première activité de la journée fut de nous rendre à la gare livrer les canots et le matériel pour le transport en train jusqu’à Schefferville, un trajet d’environ 570 kilomètres qui devrait nous prendre une douzaine d’heures. Benoît, qui est passionné par les trains, ne se contenait plus. Il tenait à photographier de vieux wagons de train qui se trouvaient en retrait sur une voie secondaire. J’ai dû lui rappeler que nous étions ici pour une expédition de canot. Le temps est venu de partir, car Benoît ne cesse de fouiller dans son baril, s’escrimant à replacer son matériel dans l’espoir de gagner quelques centimètres pour éviter de renoncer à une paire de bas supplémentaire ou un chandail qu’il chérit depuis ses premières expéditions. Demain le train et vendredi l’arrivée de nos autres comparses, en avion SVP, à Schefferville. Nous serons à ce moment en plein enregistrement de notre première entrevue radio au 103,5 FM de Lanaudière. Vous pouvez également nous écouter sur Internet. Nos reportages seront diffusés en direct de la rivière entre midi et 13 h le vendredi 15 juillet, mardi 19 juillet, mercredi 27 juillet, lundi 1er août et vendredi le 5 août. Si jamais vous les manquez, vous pourrez réécouter les capsules en différé sur notre site. Allez, nous allons nous coucher…

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: