Traversez la rivière en groupe, le crocodile ne vous mangera pas

18 février 2009

Une autre rencontre, en ce petit lundi soir de février. Nous sentons le groupe fébrile pendant que les bonnes nouvelles se déballent autour de la table. On aurait dit une assemblée de cuisine autour du candidat du parti de la loi naturelle. Notre professeur préféré nous reçoit dans son humble chaumière au son des blondes qui s’entrechoquent.

Tout d’abord à l’agenda : notre nouveau site web, notre vrai site est en ligne. Pas notre blog de travail mais notre vieux site revampé, jadis utilisé en 2005 pour la descente de la rivière George. Notre enseigne devient http://www.pagayerpourlautisme.ca (ou encore http://www.ppa2009.ca pour les intimes, bientôt disponible).

Cette vitrine est importante notamment pour sensibiliser la communauté au défi de l’autisme, pour les commanditaires, les médias, les supporteurs, les familles, les amis, les donateurs, les collègues et les amateurs de rivière. Et pour nos textes. La technologie Internet a fait un bond de plusieurs siècles depuis 4 ans. Maintenant nous pouvons facilement héberger et maintenir notre propre site. Il est aussi facile de générer notre propre liste d’abonnés, de comptabiliser le nombre de visites, d’abonnés au fil RSS et même de savoir qui parle de nous. De plus le téléchargement des textes à partir des berges de la rivière se fait simplement en envoyant un petit courriel. Impressionnant.

Notre vieux site web recevait encore plus de 300 visites par mois simplement parce qu’il était bien indexé en plus d’avoir atteint sa maturité avec les moteurs de recherche. Alors on récupère les vieux textes, on y met des photos de ce coin de paradis et on place le tout au four à 350 degrés…

Il reste beaucoup de boulot à abattre :

Étienne doit s’occuper d’obtenir l’embarcation manquante et de finaliser l’itinéraire des compagnies aériennes,

Benoit doit contacter le pourvoyeur sur la rivière, la compagnie de navire de marchandise, finaliser l’équipement de communication (laptop, batterie et satellitaire). Il doit rejoindre notre nouveau contact au village de Tasijuaq pour lui demander s’il est possible de lui expédier des vêtements propres à la sortie de la rivière. Il doit finalement dresser la liste du poids des équipements, des barils, des canots et des participants pour confirmer le poids total à transporter dans les hydravions et le bateau de retour. En notant les poids des gars on se rend compte que depuis 4 ans, ils n’ont pas trop abusé de la table…

Pierre-Marc et Anne (la moitié de Benoit) s’occuperont de la planification de la liste de nourriture pour préparer la grosse tombola d’ensachage. Une journée inoubliable où nous ensacherons 450 repas secs dans une dizaine de barils de 30 litres scellés (i.e. 3 repas x 25 jours de nourriture x 6 participants). Pierre-Marc à tout intérêt à ne rien oublier. J’ai ouï dire que le livreur du dépanneur du Nouveau Québec n’est pas fiable. Quatre semaines sans huile, farine, riz, pâtes ou chocolat chaud, ça risque de « scraper » nos recettes.

Gérald s’occupera de la liste d’équipement individuel manquant. Chaque participant devra s’assurer de lui faire parvenir sa liste de matériel à acheter afin d’obtenir le meilleur prix de gros (pas toi Gérald) auprès de notre commanditaire SAIL de Beloeil. Pour ma part, je dois m’équiper d’un nouveau Dry Suit, une tente 2 places 4 saisons, des bottes de marche légère, un nouveau GPS et un nouveau sac de mèche. Gérald doit aussi finaliser la commandite auprès d’un fournisseur de barres énergisantes. Il doit aussi terminer le prototype de notre toilette moustiquaire portative…

Jean-Pierre continue ses démarches pour l’arme à feu. Les vibrations sont bonnes pour obtenir le permis de transport. Il a fait plastifier toutes les cartes topographiques de la rivière (1/250,000). Même si nous avons plusieurs GPS, l’information est essentielle lors de randonnées pédestres sur les nombreuses montagnes qui t’entourent. JP travaille aussi à la planification de notre descente de pratique qui aura lieu du 22 au 24 mai sur la rivière du Milieu, au nord de St-Michel des Saints. Il s’agira de tester notre équipement de communication, nos tentes, Dry et wet suit, tente moustiquaire, équipement nautique et l’esprit de groupe. Nous espérons mouches, froid et pluie…On teste ou on teste pas ? Bande de pleutre !

Mathieu continue ses recherches pour les médias. Aussitôt les commanditaires complétés, un communiqué de presse sera émis et le vrai travail débutera. Un travail intense mais agréable.

Par expérience, les derniers mois sont éprouvants et grisants. Il faut établir les rendez-vous de corvées, de préparations d’équipements, de bagages et de bouffes.  Il faut bien jauger l’anxiété des troupes pour éviter les dérapages.  Nous vivrons collés collés pendant 4 semaines sous des cieux incléments et un environnement hostile. Comme le dit le proverbe africain, il faut rester uni sur la rivière pour éviter que les crocodiles ne nous mangent.

Un groupe affairé: Benoit, Gérald, Jean-Pierre, Mathieu et Étienne.

Garamond février 19, 2009 à 09:01

Bonne chance !

Patrick février 27, 2009 à 13:10

Mais qui s’occupe de la SAQ? 🙂

Benoit Laporte mars 3, 2009 à 00:12

Patrick

le transport de liquide est problématique dans une expédition. On ne veut même pas transporter de pétrole pour les poêles parce que trop lourd. Pour l’alcool on se donne une once par jour par personne. Mais lors de la dernière expé, je me suis rendu compte que j’étais un des naifs qui respectait la consigne. Cette année je vais y aller avec mon coeur et je n’émettrais aucun consigne. De plus l’alcool ça remplace facilement le carburant en cas de pépin

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: