13 avantages d’une économie en dépression nerveuse

18 mars 2009

Beaucoup de communicateurs galvaudent les descriptifs sur l’état actuel de l’économie mondiale. Ralentissement, déprime, dépression, déclin, déflation, crash, crise… L’enflure est de mise. Bigger is better ; ça fait vendre les feuilles de choux. Mais je vous propose 13 raisons de vous réjouir du « burn-out » financier qui nous afflige :

 

  1. La diminution du prix de l’essence et des matières premières (cuivre, fer, potasse…) entraîne une baisse de prix de beaucoup de produits contenant ces matières premières, spécialement les matériaux de construction. La hausse effrénée des prix des dernières années, provoquée par les spéculateurs, est revenue à un niveau raisonnable. Et les spéculateurs? ils font maintenant la file à la soupe populaire.
  2. La diminution de la circulation d’automobiles et de camions sur nos routes mène à une réduction notable des embouteillages, des accidents et des retards reliés au transport. Mais aucune diminution du nombre de nids de poule.
  3. Suite aux nombreuses fermetures d’usines, la diminution de tous les types de pollution (atmosphérique, bruit et eau).  Malheureusement ce n’est pas les plus polluantes qui ferment.
  4. Augmentation des ventes d’alcool à la SAQ.  Faut bien s’engourdir jusqu’à la reprise…
  5. En conservant nos automobiles plus longtemps, on note une augmentation des ventes de voitures usagés, des visites aux garagistes et des ventes des recycleurs de pièces de voitures.  On garde nos vieilles caisses, et Monsieur « Pot d’échappement » fouille dans nos poches.
  6. Hausse des cotes d’écoute de la télévision.  Les fausses lionnes, Clodine et Ricardo sont nos nouveaux amis.
  7. Stabilisation et même baisse du prix des maisons.  Les nouveaux acheteurs dénichent des aubaines à tous les coins de rue. Mais faudra probablement traverser le pont d’Avignon où l’on circule tout en rond.
  8. Pour stimuler l’économie, les gouvernements procèdent à des investissements massifs dans les infrastructures, qui normalement n’auraient pas eu lieu. Les tuyaux d’égouts et les bétonnières sont fébriles…
  9. Par attrition, la retraite devancée pour plusieurs travailleurs.  Cette épidémie « récessive », frappe plusieurs travailleurs âgés qui souvent, en secret, attendaient ce jour.
  10. La chute de la valeur de notre monnaie, face aux autres devises, amène une augmentation du nombre de voyages au Québec, aux dépends des voyages à l’étranger. Elle rend aussi nos produits exportés (80% de notre PIB) plus compétitifs.  Tous les motels de la Gaspésie afficheront complet en juillet.
  11. Les taux d’intérêt les plus bas de l’histoire.  À la banque, pour obtenir le prêt hypothécaire rêvé à 4,5%, tu as besoin d’être riche.
  12. La consommation de papier et de bois sont en baisse et entraînent la diminution ou l’arrêt des coupes de bois à blanc.  Pendant que les « Tree Huggers » jubilent, Hydro Québec inonde les forêts de la Rivière Romaine et de la Rupert.
  13. Lors du crash boursier, les rats de la finance ont quitté le navire.  Plusieurs fraudeurs notables ont été démasqués (Madoff et cie).  Beaucoup d’institutions bancaires, qui pariaient avec l’argent de leurs déposants, se sont retrouvées en faillite.

 

Mais ne nous leurrons pas : pour chaque avantage, il y a 10 désavantages.  La perte d’estime de soi des chômeurs, la souffrance des familles, l’impact sur le tissu social et la décroissance des entreprises.  Mais il faut conserver son optimisme, en attendant que le capitaliste se réinvente.  Se réinvente d’autres façons de faire encore plus de profits sur le dos des investisseurs…

Garamond mars 19, 2009 à 07:34

Bien d’accord !
Mais moi, je m’attendais à une graduelle baisse des prix, pour les autos du moins.
Il y a des dizaines de milliers de voitures neuves entreposées un peu partout qui ne trouvent pas preneurs…GM y pense, paraît-il….
L’essence va remonter cet été, c’est inévitable.
Tous ceux de 60 ans et plus devraient plonger et prendre leur retraite !
2 personnes peuvent vivre avec 25000$ par année, sans se priver.

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: