La symphonie inachevée

16 février 2010

Nous rêvons souvent. En fait la majorité d’entre nous passons notre vie à se construire des châteaux en Espagne.  On s’imagine sur une île déserte, dans une lagune, avec des dauphins, nageant avec la page couverture du Sports Illustrated.  J’en connais qui rêvent de jouer au golf tous les jours, de voyager, d’écrire, de retourner aux études, de bâtir une maison, de conquérir une montagne.

D’autres se peinturent dans un chalet, dans les bois, avec une ligne à la main. Souvent on se dit qu’à la retraite on aura tout le temps d’assouvir ses fantaisies, que l’on n’aura que l’embarras du temps.

Depuis ce matin, je fais l’inventaire de mes rêves.  Je m’y mets à plein temps.  On m’a offert une généreuse prime de départ pour quitter un emploi que j’adore, pour me rendre tranquillement jusqu’à la retraite. Ce n’était pas une grande surprise puisque j’avais avisé mes supérieurs que si l’occasion se présentait, je serais volontaire pour quitter.

Tisser sa toile

Pas que je n’aimais plus ce que je faisais, loin de là.  Mais comme deux êtres qui se sont aimés pendant 30 ans, je sentais que plus rien ne serait comme avant. Pendant les 9 dernières années, mon poste dans le web était excitant.  J’ai connu des années de croissance effrénée, des projets grisants où rien n’existait et tout restait à faire.

Mais le Klondike est terminé.  Le web connaît une lente mais pénible remontée depuis que la crise lui a mis du plomb dans l’aile. Les réseaux sociaux ont changé la donne.  Disparition de la pub par courriel ou en ligne, c’est la communauté qui dorénavant décidera, peu importe ce que les annonceurs feront ou diront. Même si la publicité est partout, elle se meure. Il faut la réinventer intelligemment. Et traiter le consommateur avec respect.  L’écouter. En fait la clef du succès, c’est le web intuitif. Si tu me fais chercher, je vais ailleurs. Séduis moi et je reste.

Les centaines de personnes que je côtoyais depuis 30 ans vont me manquer.  Depuis ma première entrevue, le lundi 28 avril 1980, dont je me rappelle en détails.  Du haut de mes frêles 23 ans, pendant que j’attendais dans la salle, le journal titrait que le Canadien, après 4 coupes de suite, venait de se faire éliminer en quart de finale par les tristes «No» Stars du Minnesota.  De plus, nous sentions la fébrilité du premier référendum du 20 mai 80.

Ceux qui me connaissent savent que ma planche à dessin est remplie de croquis; que je « percole » de projets. Mais en fait je vois cette journée charnière comme étant aussi déterminante que le jour où j’ai reçu mon diplôme universitaire, mon mariage ou la naissance de mes 4 enfants.  C’est un nouveau départ pour finalement tenter de terminer toutes les symphonies inachevées qui jouent dans ma tête.

Geneviève aka la lou février 17, 2010 à 07:15

beau texte en point de suspension sur une très belle carrière!

Lise Hébert février 17, 2010 à 11:00

Bonjour Benoit,

Nous ne nous connaissons pas, je suis le chargé de comptes de Miezan au Groupe Ranger,
j’ai lu avec attention et je dirai avec un vif intérêt votre nouvelle et j’aurai aimé en lire davantage (vous avez éveillé la fibre de la lectrice en moi)…
C’est peut-être une avenue que vous pouvez et devez explorer
(vous avez une excellente plume)

Cordialement
Lise Hébert

Adriana Palanca février 17, 2010 à 18:27

Good luck and happy trails!

Etienne Denis février 17, 2010 à 18:29

Benoit,

Un message (public) pour toi: http://blogue.90degres.ca/benoit-laporte

Etienne 🙂

Jean-Denis février 17, 2010 à 21:48

Je t’ai connu bien avant que tu atteignes 23 ans et maintenant tu me dis que tu es “mûr” pour la retraite. Hummm! Une de tes symphonies inachevées doit être de retourner hanter le gardien de la fourrière automobile de l’UdeM. Savais-tu que j’ai tjrs le maillon dévissable de la chaîne de la dite fourrière:-))

Yvan Bujold février 18, 2010 à 12:29

Salut Benoit,

Je trouve que c’est une excellente nouvelle pour toi et tes proches. Après avoir réalisé récemment une entrevue radio avec toi, j’ai découvert ta grande implication humaine envers la société et je suis persuadé que tu ne t’ennuiras pas une seconde pour la suite de ta vie.

Bonne continuité et au plaisir d’échanger à nouveau.

Yvan

Garamond février 18, 2010 à 14:44

Prendre sa retraite dans la cinquantaine, c’est l’idéal ! il faut en avoir les moyens financiers, c’est tout.
On ne s’ennuie pas quand on est retraité, on n’a pas le temps !
Bonne chance et bons projets !

Lisa Cameron février 19, 2010 à 14:04

Its been great working with you on the many projects thoughout the years.
Enjoy your new beginnings!

Benoit Laporte février 22, 2010 à 11:10

@Étienne: Merci pour ce beau texte qui m’a vraiment touché. Tu n’as pas pas perdu ta belle plume…

@Jean-Denis: J’avais oublié cette anecdote du “kidnapping” de la remorqueuse de l’Université de Montréal. Probablement une histoire à raconter sur ce site, dans les prochains mois. Il ne faut quand même pas que mes enfants connaissent toutes les péripéties de mes années universitaires…

@Tous: Comme je le disais sur FB: Merci pour tous vos messages d’encouragement. J’avais déjà commencé à planifier mon départ, qui me trottait dans la tête depuis plusieurs mois. À mon âge vénérable, la priorité est la recherche du bonheur et de défis enrichissants. Il est important de se sentir heureux dans ce que l’on fait.

Laisser un commentaire

 

Previous post:

Next post: